jeudi 1 janvier 2009

VIII.Valley of Fire...

Note: avec cette vallée magique fini temporairement (car il y a encore Las Vegas!) mon journal USA. Mais il début en fait …ici !

Et voilà enfin le fameux Las Vegas ! ... Je dois dire que depuis des années j’entends parler de lui. Comme tout le monde et même plus, car plusieurs fois on m’a même proposé d’y aller, mais en n’étant pas du tout ma came, j’ai toujours refusé. Et même pour ce voyage, j’ai essayé en vain de trouver une variante pour l’éviter, comme j’ai pu faire avec Hollywood et Los Angeles, mais ne trouvant aucun offre de voyage dans les grands canyons sans, j’ai du me résigner de faire avec. Je dois quand même reconnaître que finalement je n’étais pas du tout déçue, mieux que ça, je me suis vachement amusé et que même, à la fin, à cause de la tant attendue surprise, avec Las Vegas j’ai eu vraiment la cerise sur le gâteau dans ce voyage, mais ayez patience : de ça et de tout ce que nous avons vu et fait à Las Vegas pendant deux nuits, peut être que je vais parler un peu plus tard, car avant je dois décrire notre dernière journée de voyage dans les montagnes, i.e. la visite à la Vallée du Feu.

Donc, après une première nuit assez mouvementée à Las Vegas, le lendemain, un peu fatigués, nous avons de nouveau repris la route, mais pas pour longtemps, car la Valley of Fire, le plus vieux parc dans le system de parcs de Nevada, est tout proche, à seulement une petite centaine de km de Las Vegas. Une fois y arrivés, nous avons parcouru en bus la Valée de l’ouest à l’est, avec, au milieu, un allé-retour sur une route vers le nord, jusqu’au parking de White Dômes Trail.

Un premier arrêt au Visitor’s Center et nous entrons carrément dans un défilé incroyablement rouge, pour nous arrêter de nouveau, mais cette fois pour une très belle balade à pieds sur un spectaculaire chemin ensablé flanqué de grands dômes en grès Navajo, avec, en prime, un ultime beau et exiguë et mystérieux ( je peux l’affirmer, car je suis resté intentionnellement la dernière pour les frissons, mais aussi, plus prosaïquement, pour pouvoir prendre en toute tranquillité mes quelques images souvenir) « slot » canyon.

A propos, il paraît que cette boucle des Dômes Blancs est bien connue par les cinéphiles, car elle a servi de décor à toute une ribambelle des films « cultes », comme par exemple Star Trek Générations, 1,000,000 Years B.C , The Professionals etc…


De nouveau en bus, nous avons continué notre périple en nous arrêtant au Canyon des Pétroglyphes, où de nouveau nous avons pu admirer les traces de l’activité artistique ou spirituelle laissées par des indiens Anasazis sur les parois des montagnes.

Ici nous comprenons mieux comment en grattant dans « le vernis du désert », cette pellicule brune, sombre, qui se forme à cause de la pluie et de l’oxydation, on fait ressortir la couleur rouge de la roche. Le seul mystère reste la hauteur où ces dessins se trouvent, parfois étalées sur une face de grès où il semble impossible de se tenir : comment ont fait ces indiens pour y monter ?! Ma supposition est simple : je pense que la configuration du terrain était toute différente à l’époque. Des pierres ont pu tomber, ou s’éroder, etc… En tout cas, le Canyon des Pétroglyphes est un véritable trésor avec toutes ces gravures qui s'y succèdent, pour ne pas parler tout simplement de sa beauté si particulière, avec des dômes blancs sur un fond des roches rouges et le sable immaculé parsemé des petits arbustes courageux qui luttent pour y survivre, des cotinus, des petits trembles (cottonwoods), des agaves et tout sort de cactus (Barrel Cactus=Genus Ferocactus , Beavertail Cactus - Opuntia basilaris, Prickly Pear Cactus-Genus Opuntia) des herbes de désert comme indian ricegrass, Blowout grass (Redfieldia flexuosa), four-wing saltbrush, Silvery Saltbush Old Man Saltbush et autres artiplex, le tout sous un ciel d’un bleu intense, presque indigo, dans la lumière éclatante du soleil…

Enfin, finie cette visite, nous quittons définitivement les montagnes pour aller passer notre dernière nuit aux USA dans ce grand hôtel de Las Vegas où les couloirs du rez-de-chaussée ressemblent à une ville, avec ses cafés, ses boutiques, ses casinos, &co., je parle de Circus Circus, of course… En chemin nous faisons une halte à Henderson pour un dîner formidable, peut être le meilleur, avec des crevettes grillées &co., dans le bon restaurant Fiesta. Tellement bon, ce dernier dîner en self service aux USA, que le restaurant mérite d’être popularisé : en voilà une photo avec et notre Arrow bus devant.


..à suivre...

Aucun commentaire: