samedi 2 avril 2016

Vietnam du Nord au Sud en 10 jours. J10 et fin. Ho Chi Minh ville ou Saigon?

Plutôt Saigon, mais quand même, de plus en plus Ho Chi Minh ville, si vous comprenez ce que je veux dire...


Pour vous convaincre, regardez ces premières images, avec Saigon vu de ma fenêtre et Ho Chi Minh ville, vue du bus...
On commence notre journée de visites avec une pagode, la plus belle, la plus grande, la plus riche et la plus vieille de Saigon, la Pagode Giac Lam, construite en 1744.
Dès l’entrée, à gauche de la porte principale, on peut admirer le stupa à sept étages construite à la fin du siècle dernier pour accueillir des reliques bouddhistes, dont un échantillon des reliques de Bouddha Gautama apporté du Sri Lanka en 1953 par le moine bouddhiste Narada.

Il a fait aussi cadeau d'un  Bodhi Tree, (un arbre de sal, ou sala) lequel c'est un arbre saint pour les bouddhistes, car c'est sous cet arbre que le prince Siddhartha était assis avant de recevoir l’illumination et de devenir Bouddha Gautama. Cet arbre d'une grandeur déjà respectable a été planté au-dessus d'une statue du bodhisattva Avalokiteshvara, la déesse de la compassion, Quan The Am Bo Tat, dressée sur une feuille de lotus, symbole de pureté, sauf  que nos yeux de profanes sont attirés plutôt par l'arbre Couroupita guianensis, ou à vrai dire par la beauté exceptionnelle de ses fleurs superbes et ses fruits immenses, ou même par les lampions qui pendent au-dessus de nos têtes, pour ne pas parler du pigeonnier qui a fait carrément sensation, mais que je n’ai pas daigné de mettre en page.

Je dois dire que l'atmosphère de ce jardin, un vrai havre de paix avec ses beaux arbres et ses belles statues au milieu du brouhaha de la ville vietnamienne, était vraiment spéciale et nous préparait déjà comme il faut pour le reste de la visite.


A l'intérieur le sanctuaire se compose de trois zones: la salle de cérémonie, l’auditorium et le réfectoire, tous les trois zones étant remplis des statues, des meubles et de divers objets précieux, dont principalement des images de Bouddha dans diverses incarnations, ainsi que de nombreuses divinités taoïstes, chacun avec son propre autel.

La salle de cérémonie est dominée par la grande statue du Bouddha Amitabha, qui est entouré de cinq statues de Boddhisattva.  

L'arbre des âmes errantes que vous pouvez voir dans une de mes photos me rappelle en quelque sorte l’échelle du paradis peinte sur les murs des monastères en Bucovine. Parmi les 113 statues antiques, (les statues du Mékong, principalement en bois, seulement 7 en cuivre dorée, comme le Bouddha grassouillet et bonhomme de l’image) je remarque la statue de Chuan De, la déesse de la Miséricorde aux 18 bras, flanquée de deux statues dorées.
 
 
 
Là c’est le moment de dire que pendant que dans le nord le voyage se faisait sous le signe du film Indochine, dans le sud nous sommes en plein roman de Margueritte Duras et du film l’amant de Jean-Jacques Annaud que le guide nous a même fait passer à la télé du bus, en revenant du Mékong.

C’est donc en pensant au film que nous avons visité le quartier chinois de Cholon dans lequel était située la garçonnière de l’amant.
Et nous avons pu voir que le marché BinhTay Cholon, demeure le temple du commerce, avec des marchandises venues du monde entier.

Il faut croire que la religiosité des commerçants, qui n’oublient pas de faire leur prière devant l’autel placé juste au milieu du marché, afin de vendre leurs marchandises, y est pour quelque chose.
En tout cas, nous sommes avertis : il ne faut pas trainer devant leur stands, car ça les énerve, et il y a de quoi, vu l’étroitesse de couloir et la foule qui y circule.

Moi je me demande comment ils font pour s’y retrouver dans toute cette multitude invraisemblable des denrées de tout sorte !

En tout cas, ici j’ai pu me rendre compte que vraiment, nous sommes plus de 7 milliards sur la terre, ce qu’un citoyen qui passait à côté de moi a immédiatement approuvé, me montrant ainsi que je parlais toute seule à haute voix…


Le guide, avisé, nous a fait visiter aussi un magasin avec des nids d'hirondelles, mais là c'était le luxe total, rien à voir avec le marché. Comme quoi le prix de la marchandise imposait un tout autre cadre.
En fin, parce que nous sommes dans le quartier chinois, nous allons visiter aussi un temple taoïste, le temple Thien Hau, dédiée ici aussi, comme c'est normal, à la déesse de la mer Thiên Hậu. Je vous épargne les détails et je vous laisse regarder.  


Nous visitons aussi l'ancien quartier colonial, avec la cathédrale, la poste centrale et sa belle charpente métallique conçue par Gustave Eiffel,  nous passons à côté de l'opéra et d'un certain nombre de hôtels de luxe qui font qu'on pouvait même se croire en France,   pour arriver à notre restaurant Nghi Xuan au 5/11 Nguyen.

Après le bon répas (cuisine Hué) une  visite à la musée de la guerre s'impose, n'est-ce pas?

Nous visitons donc le musée de guerre, avec des images insoutenables (je n’ai même pas pu regarder jusqu’au bout) qui rendent incompréhensible l’engouement des Vietnamiens pour tout ce qui est américain : même « Le petit prince » dans la petite boutique à l’entrée, était traduit en anglais !

Parmi les centaines d’images, j’ai retenu l’image de la manifestation des Roumains contre la sale guerre menée par les Américains et aussi ou surtout, l’image de Roger Laporte, le jeune de 22 ans qui, le 9 novembre 1965, s'était donné la mort par le feu en s'arrosant d'essence devant le siège de l'ONU.

Nous reprenons notre marche à pieds dans l'ancien quartier colonial, nous passons à côté du lycée Chasseloup-Laubat, où Marguerite Duras étudia, rebaptisé de nos jours Lê Quy dôn, d'après un grand philosophe vietnamien.  Suit l'ancien palais présidentiel, maintenant  "palais de la réunification" , encore un parc, où nous pouvons voir que les jeunes Vietnamiens sont des jeunes comme les autres et enfin la cathédrale, avec ses murs en briques de Toulouse et ses vitraux  issus de l'Atelier Lorin à Chartres, on se croirait vraiment en France, hein...

 Après cette visite nous allons vers l'hotel de ville en parcourant des rues bordées d'hôtels et de magasins de luxe, Continental, Vuitton, Chanel et autres Balenciaga.. Communisme, quoi!

Et voilà, c'est la fin de notre voyage!

Et là, surprise: le guide nous propose en supplément (payant) la visite de la tour que nous avons vu un jour avant pendant le diner croisière sur le fleuve Saigon. C'était  la tour Bitexco.

Of corse que nous deux on fait partie de l'équipe qui veut le visiter, on n'a pas fait tant des kilomètres pour rater une telle occasion de voir la ville de Ho Chi Minh d'en haut! J'avais un peu peur pour mon mari et son genoux (ça y est, maintenant il s'est opéré!) mais il a tenu bon, malgré la distance plus grande que prévue, car les perspectives sont trompeuses!

Et nous n'avons pas regretté: au 52-ème étage, juste à côté de la plateforme d'atterrissage pour hélicoptères, une vue à 360 degrés sur la ville, un beau coucher de soleil tropical, une bière bien froide, la musique, ben, qu'est ce que vous voulez que je vous dise?
Google map de la visite à pieds dans "le quartier colonial".

Conclusions ?

Ben, ce voyage m’a permis d’avoir un petit aperçu du Vietnam et de son peuple qui m’apparaissait si éloigné auparavant, malgré le contact que j’ai eu dans les années ’90 avec des gentils collègues  Nord-Vietnamiens dans le laboratoire International  d’Intelligence Artificielle de Bratislava.

C’est vrai que c’était trop court et sur des sentiers battus, même ultra-battus, car proposés par tous les tours opérateurs, mais quand même,  c'était un voyage bien réfléchi pour offrir une palette aussi large que possible des réalités historiques et quotidiennes du pays.

Déjà, la nature et le paysage sont spectaculaire, ils ont de la chance d’y vivre, mais autrement,  comme partout, il y a des choses qui me plaisent, d’autres qui m’étonnent, d’autres dans lesquelles je peux même me reconnaître…

Mais ce que je retiens surtout c’est que dans cette partie du monde il a une vieille et très respectable civilisation qui gagne à être connue et un peuple qui a su transcender ses malheurs et renaître de ses cendres et que le futur lui appartient !

Alors on dit quoi ?  Merci la vie et à bientôt pour le prochain voyage, lol !

http://brebenei.blogspot.fr/2016/03/blog-post_8.html

Aucun commentaire: