mardi 14 février 2017

Circuit en Roumanie. Les Gorges de Bicaz, Sighisoara, Transfagarasan, Curtea de Arges.

 
Cette journée a mal commencé, car mon mari n’était pas bien.

D’un coup, nous avons traversé, sans nous arrêter, une des zones les plus pittoresques de Roumanie, le merveilleux défilé naturel qui unit la Moldavie et la Transylvanie, Les Gorges du Bicaz!

Le trajet est formé de serpentins tortueux et étroits, bordées par des rochers spectaculaires qui cachent des grottes uniques, comme la Grotte Noire, dont l’entrée est à 15 mètres de hauteur. Bon, je vous l’accord, nous n’aurions pas, sans doute, visité les grottes, mais au moins nous aurions pu nous arrêter avant l’entrée du défilé, pour nous promener un peu à pieds dedans, comme font tous les autres qui passent par là. Même pas à Lacu Rosu ! On aurait dit que quelqu’un nous courre après, hein. Je vais mettre quand même quelques photos, forcément mauvaises, à cause autant du soleil que de la voiture, mais juste pour avoir un aperçu.

















 Comme vous pouvez deviner, je suis encore frustrée, car je voulais vraiment revoir cet endroit où j’étais il y a plus de 50 ans, quand, jeune étudiante, j’ai fait une vraie excursion à pieds dans cette région!

A l’époque nous avons traversé les Montagnes Ceahlau, en dormant parfois dans des tentes, sinon dans des cabanes rustiques. J’ai vu ainsi la cascade "Duruitoarea", je suis monté sur l’escalier en bois de 400 marches à Toaca, pour finir par descendre, toujours à pieds, bien sûr, Les Gorges et dormir la dernière nuit à Lacu Rosu ! Ç’était magique et inoubliable !  

Bon, après Lacu Rosu nous avons traversé la Transylvanie, en commençant avec une partie du pays Sicule, et nous sommes arrivés comme prévu dans l’après-midi à Sighisoara, une ville médiévale typiquement saxonne, classée dans la liste du Patrimoine Mondiale UNESCO.

Mais là aussi, pas de chance : dès que nous avons commencé notre petite promenade dans le centre historique, une pluie à verses nous a fait revenir illico-presto à notre hôtel (i.e. Boulevard, dont la décoration m’a beaucoup plus. J’ai même mis des photos des tableaux sur ma page FB, mdr). D’un coup, même si ça ne m’inspirait pas du tout, nous avons mangé dans le restaurant de l’hôtel et nous nous sommes couchés aussitôt !

Voilà quelques photos que nous avons faites avant la pluie : vous pouvez voir une porte et une partie de ses murailles médiévales, la tour de l'horloge, la maison (jaune) dans laquelle a vécu Vlad Tepes (aka Dracula), d'autres maisons de style gothique rural, des touristes et un tas de (très) chères voitures allemandes.












Le lendemain nous sommes partis de bonne heure car le programme de la journée était très chargé.

Nous avons traversé en vitesse quelques villages saxonnes, avec des maisons refaites à neuf, mais nous avons pu voir quand même une ou deux églises fortifiées (comme celle dans les photos ci-dessous) et beaucoup, beaucoup des grosses et chers voitures allemandes (comme celles de Sighisoara) et nous sommes entrés sur le Transfagarasan, heureusement ouvert à cette époque, donc nous avons bien choisi la date de notre voyage.





Qu’est-ce que je dois dire de cette route que j’ai parcourue déjà en 1985, quand il n’y avait pas beaucoup de monde à le faire. Même je suis restée quelques jours dans un hôtel merveilleux au bord du Transfagarasan, pas loin du Lac glacial Balea, le paysage était magnifique, une petite cascade à côté, entourée des belles fleurs jaunes (je ne connaissais pas leur nom, lol) et l’hôtel (ou plutôt la cabane) était pratiquement vide, mais à l’époque je me suis sentie oppressée par les hauts montagnes et à un moment donné je ne pouvais plus respirer et malheureusement il a fallu quitter l’endroit.

Par contre, pendant ce voyage-ci l’endroit me paraissait tellement beau que ça me donnait envie de pleurer : ce n’est pas pour rien que Top Gear, l'émission de la BBC consacrée aux voitures et au sport automobile, la considère "the best road in the world." (https://www.lonelyplanet.com/romania/curtea-de-arges/activities/full-day-transfagarasan-tour-from-bucharest/a/pa-act/v-14213P3/360414)

Je mets quelques photos ici, mais vous pouvez trouver beaucoup plus belles sur Internet.

Voilà par exemple sur ce site : http://thatadventurer.co.uk/transfagarasan/










Nous quittons Balea-Lac, mais nous nous arrêtons encore une ou deux fois pour admirer le paysage, le lac Vidraru et le barrage.
 







Nous arrivons enfin au monastère du maître maçon Manole, à Curtea de Arges.

Je n’ai pas l’intention de décrire ici la légende qui entoure ce monastère et la balade qui va avec.

Si vous êtes intéressés, à cette adresse il y a la traduction de la balade et quelques informations concernant sa présence dans l’espace balkanique. http://theses.univ-lyon2.fr/documents/getpart.php?id=lyon2.2001.beauchene_s&part=38085 En quelques mots, cette balade, qui est (avec Miorita, la balade qui a inspirée au philosophe Lucian Blaga l’idée d’espace mioritic, voir https://fr.wikipedia.org/wiki/Lucian_Blaga), la plus importante balade du répertoire de la littérature orale roumaine, représente le mythe esthétique sur la souffrance comme condition déterminante dans la création artistique.

Manole et sa fiancée, ou pas, le monastère, vrai Musée d’Art Roumain, est un chef d’œuvre de l’architecture médiévale roumaine, une construction impressionnante autant par sa réalisation artistique d’influence byzantine, son élégance et l’équilibre parfait de ses formes, que par la richesse et la délicatesse de ses ornements de style mauresque.

L’intérieur riche et coloré, tout aussi magnifique, même si les fresques et les mosaïques vénitiennes, endommagées par un séisme, ont été remplacées en 1985 par des peintures modernes, à dominante dorée. A comparer avec la sobriété massive des églises romanes auvergnates, par exemple, tout en ayant en tête que ces dernières n’étaient pas peut être aussi sombres à l’origine.

 Je vais mettre quelques photos pour soutenir mes affirmations. Dans la première photo je suis en scène, car je n’avais pas une autre photo pour montrer la façon dont le petit pavillon au-dessus du bassin d’eau bénite, en face de l'entrée, avec son dôme aux arcs festonnés en marbre de différentes couleurs et sa croix dorée, se projettent sur les 12 marches qui montent vers l'entrée du sanctuaire, comme un portail appliqué.

Dans les photos 7 et 9 vous pouvez voir la merveilleuse iconostase du XVIIème siècle et en agrandissant la quatrième photo vous pouvez apercevoir l’endroit du mur où la fiancée de maitre Manole aurait été enterrée, conformément à la légende.

Quant aux informations plus détaillés concernant ce monastère roumain et toutes les autres églises de Roumanie que j’ai décrite dans ce blog, il y a en grande quantité sur Internet, en commençant avec wikipedia.
 

 

   




   


   


   

 

 
   

 

 
Après Curtea de Arges nous sommes partis via Pitesti et Tirgoviste vers Ploiesti, « capitale du pétrole roumain » (https://fr.wikipedia.org/wiki/Ploie%C8%99ti), la ville où j’ai fini mon lycée. Voilà ici quelques images de cette ville : les Halles, avec les prix affichés, pour comparaison 1€=4.50Roni, l’actuelle monnaie roumaine), deux restaurants locaux et le boulevard sur les bancs duquel j’ai préparé mon bac (sic)…






Maramures
Transalpina, Bigar, Les Gorges du Danube!..à suivre

Aucun commentaire: