mercredi 16 mars 2016

Vietnam du Nord au Sud en 10 jours. J6. Hué, La cité impériale.

 Avant de partir vers d'autres  importantes sites inscrites dans le Patrimoine de l'humanité, je pense que quelques photos de Hué de tous les jours, vu de la fenêtre d’hôtel, méritent aussi l'attention
Vous voyez ? Même ici, dans l’ancienne capitale du royaume (pour les colonisateurs) ou l’empire (pour les colonisés) il y a des maisons « tubes ». Quand je vous dis que sont les maisons traditionnelles dans ce pays !
Autrement, pour revenir à notre voyage, après un bon petit déjeuner, nous commençons la sixième journée avec la tant attendue visite de la Citadelle Impériale, une forteresse fortifiée construite sur la rive Nord de la rivière des Parfums dans le style de forteresses de Vauban, (les Français ont passé par là, lol) avec des douves et des remparts de 6 m de haut et d’une largeur qui atteint par endroit 20 m, sur un périmètre de 10 km. La citadelle est accessible par dix portes fortifiées, chacune munie d'un pont, dont la porte Ngan où commence notre visite.
Les remparts de la Citadelle impériale abritent  la Cité Impériale, construite sur le modèle du Palais d'Hiver de Pékin sur une axe homogène sud-nord, ou plutôt ici sud-est nord-ouest, en respectant toute une série de principes feng shui&co. En fait à l'intérieur on distingue 3 cités s’emboitant l’une dans l’autre comme les boites chinoises ou les poupées russes:
-La cité capitale dédiée aux administrations et autres palais et temples.
-La cité impériale consacrée aux cérémonies
-La cité pourpre interdite réservée à la famille
Nous passons le pont et la porte Ngan dont je parlais plus haut et nous nous arrêtons juste pour photographier la tour du Drapeau (Ky Dai) et les canons sacrés.
 Après, nous avançons vers la cité impériale, une autre citadelle à l’intérieur de la citadelle, avec d’autres murs (cette fois de seulement 6m de haut et 2,5 km de longueur) et d’autres douves remplis des nénuphars,  qui l'entourent et la renferment, l'entrée dans la cité se faisant par quatre portes fortifiées, dont la plus importante et la plus belle est la Porte du Sud (Cua Ngo Mon) que voilà sur toutes les coutures.

Mais avant de continuer il faut noter le fait que ce monument est un lieu de vie pour les habitants, les jeunes filles en fleurs aiment y être vues et photographiées, les hommes viennent à la pèche, comme les photos suivantes, faites devant la cité impériale, le prouvent.


Nous enjambons le "pont d'or" jeté sur d’autres douves où les poissons grouillent et   nous arrivons dans la cité impériale consacrée aux cérémonies: nous allons voir l'esplanade des grandes salutations (Dai Trieu Nghi) et "le palais de la suprême harmonie" Thái Hoà,  une vaste salle soutenue par 80 colonnes en bois de teck laqué rouge et or sur lesquelles sont gravés des poèmes en caractères chinois.
Situé sur l’axe qui traverse le centre de la Citadelle et la porte du Midi, ce palais accueillait les réceptions officielles et les cérémonies impériales – anniversaires, couronnements, accueil des Ambassadeurs étrangers– lors desquelles l’empereur restait assis sur son trône en bois laqué doré et surélevé que vous pouvez voir dans la photo "volée" (car interdite).
L'entrée de l'esplanade est gardée par deux griffons, autres animaux imaginaires de la mythologie vietnamienne. Devant la salle un groupe des jeunes dirigés par une bonne femme, un sort des scouts ou des "vietnamiens d'outre-mer" (sic) déclamaient à genoux un texte incompréhensible.

Derrière le palais de la Suprême Harmonie c'était auparavant la cité pourpre, interdite, avec plusieurs grands palais où les rois travaillaient et se reposaient. Ainsi, il y avait, par exemple, le grand palais Điện Cần Chánh - Le palais-bureau du roi- et les deux maisons mandarinales annexes où les mandarins se préparaient pour les réunions régulières avec l’empereur.
Mais nous allons vers la gauche, c'est à dire vers le sud-ouest de la cité, pour visiter l'ensemble des bâtiments dédiés aux neuf empereurs de la dynastie Nguyen. Ainsi, après il y a le Pavillon de la Splendeur, Hiển Lâm Các, un bâtiment splendide,une sorte de porche de forme pyramidale à triple toiture dédiée aux mandarins ayant aidé la dynastie Nguyễn à retrouver son trône en 1802.
Devant ce bâtiment sont déposées les 9 urnes dynastiques, gravées des paysages et des dragons. Un escalier ou plutôt une échelle donne accès au deuxième étage.
Suit le temple Thế Tổ Miếu (ou temple des Générations) destiné au culte des ancêtres de la Dynastie Nguyễn. Dans cet espace il y a quelques-unes des plus belles et mieux conservées portes de la cité. Dans les photos il y a une des deux portes qui bordent le Pavillon de la Splendeur, Hiển Lâm của et la porte qui précède le temple, Trước Miếu môn của.
Encore deux portes,la porte Hung Mieu et la porte ouest Chuong Duc réservée aux femmes: les femmes n’étant pas autorisées à entrer dans le temple dynastique, le temple Phung Tien (Dien Phung Tien) fut construit  pour qu’elles puissent venir y célébrer le culte aux ancêtres.  Ce temple a été détruit et il en reste seulement la porte, avec des émaux cloisonnés sur bronze, une technique très résistante venue de Chine. 
La résidence Diên Tho était un complexe de plusieurs bâtiments, dont  ils restent encore en état le Palais Trường Sanh,  résidence de l'impératrice douairière, (la Grand-mère) et la salle d'audience de l'impératrice mère dans le palais Dien Tho. À l’extérieur on peut voir le pavillon des plaisirs – trường du –  un édifice en bois sculpté au-dessus d’un bassin de nénuphars et rocaille. Après il y a le pavillon Ta Tra, qui servait de salle d'attente pour les personnes venus en audience chez la mère de l'empereur.  J'éspère que les photos choisies (j'ai plus de 150!) montrent autant la beauté des bâtiments (restaurés avec soin), que celle des objets exposés.
De la cité interdite pourpre ils ne restent que quelques bâtiments en état. La plupart ont été détruit lors des bombardements, l'ancienne cité est aujourd’hui envahit par la verdure. En voilà deux de ces bâtiments quasi-intacts  et même resatuarés: la bibliothèque royale, Thái Bình Lâu, qui servait de salle de lecture pour l’empereur et le théâtre royal, où, si on a la chance, on peut voir des spectacles traditionnels. Nous ne l'avons pas eu.
Deux photos de la résidence officielle de l'empereur, le palais de Khai Dinh: un terrain vague à la place du palais et les 2 des pavillons octogonaux de la garde royale du palais. Pour finir, la photo d'une fleur de Bauchinia purpurea, de l'arbre orchidées vu à la fin de cette visite, juste parce que dans cet espace il n'y a pas que les belles pierres, mais aussi les arbres et les fleurs et l'eau qui serpente parmi les bâtiments et qui renforce l'atmosphère romantique dont l'endroit est imprégné.
Après cette visite faite à pas de charge, en suivant plus ou moins consciencieusement notre sympathique guide du milieu, moi en courant après le groupe, vaguement mécontente que de ne pas avoir le loisir de tout voir et admirer, en sachant pertinemment que ses explications j‘allais les trouver sur Internet une fois à la maison, nous sommes allés manger dans le beau cadre du restaurant Y Thao Garden, avant de partir vers Hoi An via le col des Nuages. Pour y aller nous avons pris l’ancienne Route Mandarine qui longe la Mer de Chine que les Vietnamiens refuse de nommer ainsi (et on les comprend !) et avant d’entamer l’ascension nous nous arrêtons pour photographier le paysage, avec devant nous le charmant petit village des pêcheurs Lang Co au bord de la lagune et la montagne Bach Ma (cheval blanc), la partie proche de la mer de la chaîne de montagnes Truong Son que nous allons traverser, derrière.
Le fameux col est situé à 500m d’altitude sur 20km de long et juste au sommet il y a l’ancienne porte impériale, la plus vielle de Vietnam, qui séparait auparavant le Nord du Sud, avec, à ses côtés, le blockhaus laissé par les Américains, plus une multitude d’autres déchets vietnamiens… Normal : tous les voitures, toutes les autobus et les autres vélos et scooters de passage font une halte obligatoire sur place, pour prendre la pose et profiter de la multitude des marchandises étalés autour.
Nous traversons en vitesse Da Nang, juste assez pour nous rendre comte que c’est whaou et nous continuons notre route vers Hoi An et ses ateliers de fabrication de la soie (eh oui, dans la photo sont des vers à soie, hein) et des lanternes.
Suit le repas et puis le sommeil bien mérité. Cette fois c’était l’hôtel Indochine.
http://brebenei.blogspot.fr/2016/03/blog-post_8.html
http://brebenei.blogspot.fr/2016/03/vietnam-du-nord-au-sud-en-10-jours-jour_19.html..à suivre

Aucun commentaire: