mardi 12 décembre 2017

Week-end à Rome. Suite et fin.

Dimanche, après une marche à pieds solitaire autour de l’hôtel, me voilà dans le bus essayant de trouver la meilleure route vers la Rome Impériale, à travers les multiples déviations causées par un grand marathon. Comme vous pouvez le deviner, la guide, arrivée en retard, était déjà énervée et vraiment je ne sais pas trop pourquoi, car ce n’était pas elle qui perdais le temps dans un bus pendant un voyage qui coutait déjà trop cher pour ce qu’il semblait être…

Je ne sais pas les autres, car personne (à part elle) ne disait rien, mais moi, je prenais mon mal en patience en pensant qu’au moins comme ça je vois un peu plus la ville, surtout qu’à un moment donné nous avons pu voir de loin le château Saint Ange, après avoir passé sur la splendide route traverse le parc de la Villa Borghese, la route du mur Torto, incorporé dans le mur d'Aurélien, l’enceinte fortifiée construite pour protéger la ville et remarquablement bien préservé, même si, mises à part les raids sarrasins du haut Moyen Âge, il n’a pas trop réussi à la protéger.

Plusieurs tours en ronde plus tard, notre bus s’est arrêté enfin quelques part à côté de la place des Saint Apôtres, place que nous avons traversé à pieds en ignorant successivement l’église du même nom, le palais Colonna et le Palais Valentini, avec leurs belles façades néo-classiques et leurs statues, plus ou moins modernes…

Notre visite du jour commence sur la place de Venise où nous regardons bêtement, de loin, le palais du même nom, d’où Mussolini parlait à la foule en liesse (la même foule qui a eu plus tard le plaisir d’amocher et de pendre son corps !) et l’autel de la patrie, le monument dédié à Victor-Emmanuel II, inspiré du célèbre Autel de Pergame que j’ai eu le plaisir d’admirer de près à Berlin.


Après avoir attendu sagement de voir le marathon de Rome traverser la place, nous nous sommes dirigés vers le Capitole via les forums impériales, ce que je ne pense pas que c’était le meilleur trajet, car ainsi nous avons loupé la belle vue que la place du Capitole ouvre sur Rome, avec le grand escalier en pente douce, la Cordonata Capitolina, flanqué par les lions en basalte noir apportés d’Egypte et les statues de Castor et Pollux, pour ne pas parler de l’escalier et de l’église Aracoeli, dont on ne pouvait même pas supposer l’existence si on accédait à la place via Scala Dell'Arce Capitolina, comme nous l’avons fait..

Encore une fois, merci la guide pour son manque de professionnalisme, car d’empathie ou sympathie il n’était même pas question !!! Mais, heureusement, google map existe et qui sait, peut-être la vie m’offrira de nouveau l’occasion d’aller à Rome, pour soigner mes frustrations !…

Scala Dell'Arce
Statue équestre de Marc Aurèle
La copie de la louve capitoline.

Je ne vais pas insister sur les détails concernant cette élégante place à l'architecture renaissance, conçue par Michel Ange à l'initiative du Pape Paul III (1534-1549) et devenue le centre de la Rome moderne et modèle des nombreuses centres de pouvoirs partout dans le monde (voir le capitole à Washington, par exemple).

Ouverte vers l'ouest et tournant ainsi le dos au forum romain vers lequel elle était orientée à l’origine, elle est le symbole même de la décadence de l’empire roman. Pourtant, exactement à l’époque de sa construction, quand les Romains oublient leur glorieuse histoire en remplaçant les anciennes structures politiques, leurs dieux et leurs temples par l’église chrétienne et son emblème, la basilique Saint – Pierre, les artistes commencent de plus en plus à être conscients et plus fiers que jamais de la magnificence des œuvres réalisées par leurs ancêtres et non seulement qu’ils commencent à sauver ce qui peut encore être sauvé, ils essayent aussi avec ardeur de les égaler, en suscitant l’admirations de leurs contemporains quand ils réussissent. Pour ceux qui veulent avoir plus d’informations sur cette place, son histoire et son architecture voilà ici quelques adresses:

https://fr.wikiarquitectura.com/bâtiment/place-da-campidoglio/, ou https://en.wikiarquitectura.com/building/piazza-del-campidoglio/
Et aussi https://vicedi.com/capitole/ et https://en.wikipedia.org/wiki/Capitoline_Hill

En ce qui me concerne, je vais parler plutôt des forums romains et de mes impressions en les visitant.

Et je vais commencer non pas dans l’ordre de la visite, mais historique, avec le premier forum romain que je regardais d’en haut de la colline du Capitole, plus précisément, de la via di San Petro di Carcere, à côté de la façade arrière du Palazzo Senatorio, en fait la partie qui a survécu jusqu’aujourd’hui du Tabularium, un bâtiment annexe du temple de Saturne où les Romains conservaient leurs archives, ( les tabules, c’est-à-dire des tablettes de cire, l’un des supports d’écriture les plus utilisées à l’époque, avec le papyrus).

Là, juste devant nous se dressent les ruines du premier forum romain, construit à partir de 616 av. J.-C. pendant la dynastie des Tarquins, les rois étrusques de Rome : Comme quoi, j’avais raison de penser que l’esprit bâtisseur des Romains est en fait un héritage étrusque, hein…

Je n’arrivais pas à réaliser que j’étais là, sur la colline sacrée des Romains, en regardant à droite vers l’autre colline, le Palatin, où, le 21 avril 753 av. J.-C. (si, si…) Romulus a tracé le sillon sacré (pomœrium) délimitant la ville qui portera son nom ! Légende ou pas, il semble vraiment qu’à cette époque se trouvait là le premier village romain indépendant.


Comme vous pouvez vous imaginez, j’ai bombardé les lieus avec mon appareil photo, la curie Julia, l’édifice construit en 29 av J.C. destiné à accueillir les réunions du Sénat romain, (donc ce n’est pas dans cette curie, mais dans Curia Pompeia, sur le Champ de Mars que César a été tué !) très bien conservée mais assez modeste si on compare aux ruines d’alentour.

Ou l'église San Giuseppe dei Falegnami sous laquelle se trouve la célèbre prison de la Rome antique, Mamertino, où ont été incarcérés, entre autres, Vercingétorix et les apôtres Pierre et Paul.

Et toutes les autres ruines, toutes les colonnes qui ont survécus au temps, aux velléités architecturales des descendants et aux divers pillages, celles du temple de Vespasien, du temple du Saturne qui abritait le trésor public et les symboles de la nation, celles en marbre cipolin du portique des Dii (ou Dei) Consentes, les dieux conseillers, plus loin celles du temple de Castor et Pollux, ou la colonne de Phocas… et surtout, l’arc de Triumph de Septime Sévère, (lui aussi relativement bien conservé, grâce à son incorporation dans une ancienne église au Moyen Age, comme tout ce qui ce qui est encore debout depuis cette époque), se dressant devant nos yeux avec ces deux victoires ailés dans l'écoinçon de la grande arcade.

Cet arc a été construit pour glorifier les dix ans de règne de l'empereur Septime Sévère et ses victoires militaires contre les Parthes, lesquelles victoires ne l’étaient en fait tant que ça, (voir ici http://www.persee.fr/doc/crai_0065-0536_1962_num_106_1_11370) preuve que la propagande impériale n’avait rien à envier aux ceux de nos jours, même peut être elle les a inspiré !

En tous les cas, cet arc en jette, même sans le quadrige en bronze conduit par l’empereur et ses deux fils qui le surmontait, les quelques colonnes et les lettres en bronze manquantes. Ben oui, le bronze était nécessaire pour les nouveaux bâtiments et de toute façon le nom de l’un de fils, Geta, a disparu dès l’époque antique, après qu’il fut assassiné par son frère, Caracalla. Car oui, cette belle civilisation est aussi pleine de crimes, des viols et incestes et beaucoup d’empereurs romains avaient du sang sur les mains, ou sont morts de mort violente. Et Nero, qui est décrit comme un monstre sadique et vicieux, n’était peut-être le pire.http://www.empereurs-romains.net/emp06.htm

Très impressionnée devant ces somptueuses ruines, je n’arrêtais pas de penser à la manière dont une civilisation, aussi brillante soit elle, peut disparaître et être oubliée !

Le fait que les européens ont découvert divers civilisations disparues, mais situées ailleurs, parfois sur d’autres continents, peut me paraître normal, mais que les habitants d’un pays puissent oublier comme ça leur propre histoire en à peine quelques centaines d’années, me semble vraiment effrayant.

Là, la célèbre locution « sic transit gloria mundi », prononcée lors de la cérémonie d'intronisation d'un nouveau pape, prend tout son sens.

Oui, ça fait réfléchir, surtout quand on ce qui arrive maintenant en Europe et dans le monde, avec les nouvelles vagues migratoires &co. Mais ici ce n’est que le début de la Rome antique, le forum républicain. Le développement de l’empire faisait que d’autres espaces publiques, d’autres places et d’autres bâtiments soient nécessaires. Ainsi, entre 46 avant JC et 113 après JC tour à tour César, imité plus tard par Auguste, Vespasien, Domitien et, in fine, Trajan mettent en œuvre la construction des forums « Impériaux ».

Forum de César 
Statue de Trajan

Contrairement à l’ancien forum où un ancien marécage, après assainissement, s’est transformé progressivement, tout au long d'un millénaire, d'une simple place de marché, en centre du pouvoir romain, les nouveaux forums, réalisés chacun par un seul architecte et ordonnés par un seul commanditaire, sont le résultat d’un processus de systématisation urbaine, avec une unité architecturale et fonctionnelle, sur un schéma qui servira de modèle pour d'autres fora provinciaux.

Cet ensemble unitaire de grandes places « occupant une zone de plus de 500 mètres de long sur 300 mètres de large environ, situé au nord-est immédiat du Forum Romain, au cœur de la Rome antique » a été partiellement endommagé vers 1930, quand Mussolini a fait construire la Via dei Fori Imperiali, une grande route reliant le Colisée à la place de Venise.

Toute en ayant conscience du fait qu’une grande partie de cette zone archéologique de grande valeur soit maintenant recouverte d’asphalte, je me demande comment j’aurais pu faire la visite de tous ces vestiges si elle n’existait pas.

Il y a maintenant deux parties visibles restantes des Forums Impériaux, de part et d'autre du large boulevard qui facilite l’accès au Colisée, au Palatin et même au Forum républicain.

Comme je disais plus haut, je ne vais pas faire du copie coller, sauf si je pense que c’est nécessaire pour mon histoire: maintenant, avec internet, on n’a qu’à taper « forum impériaux » sur google (par exemple) et on trouve une ribambelle d’articles avec des informations plus ou moins complètes, plus ou moins précises et toutes les détails et les photos qu’on veut ! Mais le forum du Trajane… je ne peux pas éviter d’en parler, hein… Vous savez, « nos ancêtres les Romains », et notre « grand oncle » « Badica Traian » que nous commémorons chaque année à Saint Silvestre, car, même si il nous a pris l’or et l’argent, c’est, parait ’il (mais je n’ai pas vérifié, hein) que c’est lui qui a changé la culture du millet avec la culture du blé dans l'ancienne Dacie, après l'avoir occupée et en tout cas c’est avec les légions romains que le christianisme est entré en Roumanie…

En plus, le forum de Trajane fut le dernier des forums impériaux par la date, et il reste le plus grand, le plus vaste, comme  trois autres Fora impériaux réunis et même si le Forum d'Auguste ou les autres forums ont pu lui servir de modèle, il innove en plaçant au fond de la place, non pas un temple, mais une basilique (basilique Ulpia), c’est-à-dire un bâtiment fonctionnel.

Il avait, donc, une forme nouvelle qui a servi de modèle pour d'autres fora provinciaux. Et vu qu’il était fait avec l’or de Dacie, mon pays, je me sentais un peu comme chez moi ici et d’une certaine manière je voyais la colonne élevée en son honneur comme m’appartenant!

Petite parenthèse, avant de continuer avec la célèbre colonne en marbre de Carrare : "plugusorul"  i.e. «le petit araire»  notre tradition ancienne, pour le réveillon de Nouvel An : une oraison qui  décrit un cycle agraire complet, racontant à travers ces vers d’une grande beauté l’évolution du travail agricole, de la semence du blé jusqu’à la moisson et à la fabrication du pain. La chanson (slam avant l’heure ?) commence avec les vers « Aho aho, enfants et frères, restez ainsi et ne bougez pas, il y a un an, l’oncle Trajane, s’est levé en montant sur un cheval savant… »

Pour revenir à mon pèlerinage sur le forum de Trajane, je dois dire que j’étais vraiment émue en regardant sa colonne, même si je ne pouvais pas très bien voir les bas-reliefs qui s’enroulent en spirale autour de son fût sur une hauteur de presque 40 mètres.

Je l’ai photographié de tous les côtés où j’ai eu accès, tout en sachant pertinemment que je vais trouver sur internet des photos meilleurs que les miennes ! Et j’avais raison. Si on regarde déjà sur wikipedia, il y a plusieurs pages qui lui sont dédiées, Forum_de_Trajan, Colonne_Trajane, Reliefs_de_la_colonne_Trajane, avec des photos vraiment exceptionnelles et des textes qui la décrivent amplement tout en soulignant son importance dans l’histoire de l’art et dans l’histoire en général.

Comme les arcs de triomphes, cette colonne aussi a été imitée plusieurs fois, en particulier par Napoleon Ier, qui d’ailleurs semblait avoir un engouement spécial pour tout ce qui venait de l’époque romaine, y inclus le titre d’empereur, mdr…




Ce qui m’impressionne le plus c’est de savoir qu’ils ont excavé toute une colline pour faire place au forum, avec les grands marchés &co. La colonne est là pour montrer par sa hauteur la hauteur de la colline qui a disparu, i.e.40 mètres !

(Bon, elle serve aussi de livre d’histoire illustré et même de sépulture pour l’empereur et sa femme.)

Cet exploit, réalisé il y presque 2000 ans, sans aucun moyen mécanique, reste pour moi une cause d'émerveillement, voire d'éblouissement.

Même si je savais déjà que les Romains n’étaient pas à une colline près, après avoir assainis les marécages pour construire leur premier forum et après avoir construit tant des viaducs et des routes sur milliers de kilomètres, pour ne pas parler de tous les ponts, dont celui sur le Danube aux Portes de Fer, pour pouvoir conquérir la Dacie, lui aussi l’œuvre du même Apollodore de Damas, l’architecte qui a dirigé ce chantier.

Marchés de Trajan et la Tour des Milices
Marchés de Trajan
Loge des Chevaliers de Rhodes
Fenêtres gothiques, de l'époque médiévale. 

Même maintenant, après presque trois mois passés depuis notre voyage, je continue à déambuler dans les rues de Rome antique via google map, je cherche des sites et des informations, je regarde des photos, dans un mot, je continue mon voyage virtuellement, parfois presque dans des meilleurs conditions qu’en étant sur place.

Pour vous donner un seul exemple, ce n’est que sur internet que j’ai pu voir l’inscription au-dessus de la porte d'entrée de la colonne et d’ailleurs même je n’ai  pas vu qu’il y avait une « porte d’entrée », car elle n’était pas visible où nous avions accès et même je ne savais pas qu’il y a un escalier qui monte jusqu’au sommet de la colonne.

Quant à la guide, j’ai des doutes qu’elle a donné tous ces détails et en tout cas je n’ai rien écouté. En plus, comme je l’ai déjà dit, avec toute ma bonne volonté, je ne pouvais pas « lire » l’histoire inscrite dans le marbre de cette colonne, même agrandissant mes photos, vu d’où elles étaient prises, je ne peux pas bien reconnaître les daces et encore moins voir le suicide de leur roi, Décébale. Car oui, Décébale s’est suicidé, ne voulant croupir des années entiers dans l’affreuse prison romaine, la  Mamertine, comme Vercingétorix qui y est resté six ans avant d'être exécuté lors du triomphe de César.

Après nous avoir remplis les yeux avec la vue des forums impériaux, nous avons continué la visite vers l’amphithéâtre Flavien, appelé Colisée au moyen âge par « nos ancêtres les Romains » à cause de la statue géante de Nero, le Colosse de Néron (voir wikipedia) qui était devant. Le colosse de Néron a fini par tomber, mais le nom de Colosseum a continué à être utilisé pour désigner l'amphithéâtre.



Arc de Constantin
Arc de Titus.


 Le Colisée ? Quoi dire ? En tout cas, c’est impressionnant. Allez lire les détails le concernant, si les photos ne vous suffissent pas. Moi je m’arrêts ici, heureuse que notre guide a pris le bakchich et s’est barré, en nous laissant libres jusqu’à midi et demi, quand nous avons du partir au restaurant. Pour une fois que l’endroit et le repas étaient excellent, je me dois de le mentionner : c’était « Le Terme del Colosseo » Via del Cardello, une rue juste au-dessus de Via dei Fori Imperiali, à deux pas de la place du Colisée.

Mais avant le repas j’ai profité de ma dernière heure libre à Rome pour monter en courant jusqu’à l’église San Bonaventura di Palatino (fermée) et puis descendre, toujours en courant, vers l’église Saint Cosma et Damiano située dans le forum de Vespasien, église qui englobe côté forum républicain une partie du temple de Romulus.

http://www.rome-roma.net/basilique-santi-cosma-e-damiano.php

Cloitre de l’église Saint Cosma et Damiano
 mosaïques byzantin, l'arrivée au ciel des St. Côme et Damien
fresque du Christ en croix
l'intérieur du Temple de Romulus

Après le repas, une photo sur la passerelle qui lie la via Vittorino da Feltre à la via del Fagutale en traversant la via degli Annibaldi et nous nous dirigeons vers l’autobus qui nous attend sur Viale del Monte Oppio.



Fatigués et rassasiés, autant par le repas du midi, que par la grande quantité des ruines visionnées, nous montons dans l’autobus, trop heureux de partir en direction de Sorrente et la Baie de Naples, en ignorant les ruines du célèbre palais Domus Aurea que Nero se fit construire, palais plein, parait-il, de trésors artistiques et autres innovations, dont une salle à manger pivotante .

Pourtant, maintenant, je regrets un peu mon ignorance, car ce Domus Aurea, enseveli sous les remblais lors de l'édification des thermes de Trajan et du temple de Vénus et de Rome, fu redécouverte à la fin du XVe siècle grâce à la chute d’un Romain dans un trou où il trouva une sorte de grotte couverte de peintures surprenantes, après quoi des célèbres artistes comme Domenico Ghirlandaio, Raphaël et Michel-Ange, descendus à leur tour dans cette « grotte », eurent la révélation de ce qu’était l’art antique oublié et prirent des leçons de beauté. Ainsi, la Renaissance artistique va succéder à l’esthétique médiévale, dans un effort de restauration d’une grandeur passée.

http://www.info-histoire.com/patrimoine/domus-aurea-neron-rome/

A quand une nouvelle Renaissance ?
Rome1
Rome2..à suivre

Aucun commentaire: